Siège auto bébé : Guide d’achat

Vous avez un enfant, vous avez une voiture, félicitations ! Vous avez gagné le droit de passer quelques heures à comparer et choisir un siège auto bébé !

Mais ce choix peut être difficile, c’est pourquoi je vous propose ce guide d’achat complet. Bon courage ! :-)

Pourquoi acheter un siège auto bébé ?

C’est comme ça : en France, “le conducteur doit s’assurer que tout enfant de moins de dix ans est retenu par un système homologué de retenue pour enfant adapté à sa morphologie et à son poids” (article Article R412-2 du code de la route). Bon, et puis en dehors du fait que ce soit obligatoire, acheter un siège auto est une bonne idée pour une raison simple : il en va de la sécurité de votre enfant en voiture. Deux chiffres qui font réflechir (source : association prévention routière) :

  • En cas d’accident, l’éjection de l’enfant du véhicule multiplie par 6 ou 7 le risque qu’il soit tué ;
  • Les conséquences d’un accident peuvent être mortelles dès 20km/h si l’enfant est projeté contre les zones rigides de la voiture.

La ceinture de sécurité (sans réhausseur) n’est pas adaptée pour les enfants de moins d’1m35 (environ 10 ans). Un siège auto est donc absolument nécessaire pour la sécurité de l’enfant en voiture. Il existe un nombre impressionnants de modèles différents, et choisir son siège auto peut être un calvaire. Heureusement, vous avez test-siege-auto.fr ! (si on ne se jette pas quelques fleurs, qui le fera ?) ;-)

Quel critères pour choisir son siège auto ?

La sécurité

On peut dire ce qu’on veut sur les différents critères à retenir pour choisir son siège bébé, il n’empêche que le premier, le principal et le seul s’il ne doit en rester qu’un, c’est bel et bien la sécurité.

Tous les sièges mis en vente doivent être homologués, ce qui assure un certain niveau de sécurité, certes. Mais les tests nécessaires à l’homologation ont des défauts qui font que tous les sièges auto ne se valent pas.

Heureusement, des crash tests indépendants sont réalisés par des organismes comme le TCS ou l’ADAC, et permettent de se faire une idée plus juste. Globalement, les sièges auto dos à la route (ou rear facing) sont beaucoup plus sécurisés que leurs équivalent face à la route. Le mieux est donc d’en trouver un bon et de l’utiliser le plus longtemps possible, pour ensuite passer à un siège face à la route ayant de bons résultats aux crash tests, puis un bon réhausseur.

Facilité d’utilisation et ergonomie

Il y a de bonnes chances pour que vous utilisiez votre siège auto tous les jours, voire plusieurs fois par jour ; il est donc important qu’il soit assez ergonomique et convienne à votre usage.

Si vous avez plusieurs voitures et que vous ne voulez pas investir dans un siège par voiture, il vous en faut un qui soit facile à désinstaller et réinstaller. Gardez en tête qu’un siège difficile à installer a aussi pour inconvénient d’augmenter les risques dû à une mauvaise installation.

De même, si vous comptez installer plusieurs sièges auto dans une seule voiture (nous n’avons pas de politique de l’enfant unique en France, que je sache !), il vous faudra faire attention à leurs dimensions ! Des sièges peu larges (43, 45cm) vous permettront même d’en installer trois dans une seule voiture !

Confort

Dans siège auto bébé, il y a aussi… bébé ! Même si la sécurité passe avant tout, il reste important de s’assurer que votre enfant soit bien installé dans son siège auto, surtout en bas âge ou une mauvaise position peut avoir des conséquences. Et puis, choisir un siège auto sécurisé, c’est aussi choisir un siège adapté à la morphologie de votre enfant !

Voir plus de détail sur les groupes de sièges auto.

Compatibilité avec votre véhicule

Même si votre siège auto ou votre réhausseur est parfait sous tous points de vue, il ne vous servira à rien si vous ne pouvez pas l’installer dans votre voiture !

ISOFIX ou non, jambe de force et coffres de sol, dimensions… Autant de facteurs qui peuvent empêcher l’installation correcte d’un siège bébé dans une voiture. Plusieurs solutions (complémentaires) pour s’assurer de la compatibilité :

  • Essayer en magasin ;
  • Aller voir sur le site du constructeur du siège auto ;
  • Consulter la notice de votre véhicule…

Evolutivité

Pour garder un niveau de sécurité maximal, il sera très certainement nécessaire d’acheter plusieurs sièges auto. Ne serait-ce que pour passer de dos à face à la route lorsque rester en rear facing n’est plus possible.

Mais s’il est possible d’avoir ensuite des sièges qui couvrent (de manière sécurisée) une tranche d’âge et de poids plutôt large, on ne va pas cracher dessus ! Le groupe 2/3, par exemple, a plusieurs bons modèles à proposer.

Fonctionnalités supplémentaires

Il n’y a pas forcément des centaines de fonctionnalités dans un siège auto. Mais certaines valent le coup de s’y arrêter : sièges inclinables (pour les long trajets, c’est vraiment un must), réglages des accoudoirs et des différentes parties du siège…

Les types et les groupes de sièges auto

Les groupes

Groupe siège auto Âge Poids
Groupe 0 De la naissance à environ 1 an 10 kilos maximum
Groupe 0+ De la naissance à environ 1 an 13 kilos maximum
Groupe 1 De 9 mois à environ 4 ans De 9 à 18 kilos
Groupe 2 ou groupe 1/2 De 9 mois à environ 7 ans De 15 à 25 kilos
Groupe 1/2/3 De 9 mois à environ 10 ans De 9 à 36 kilos
Groupe 2/3 De 2 ans à environ 10 ans De 15 à 36 kilos
Groupe 3 De 7 à 10 ans De 25 à 36 kilos

 

Les sièges de groupes 0 ou 0+ sont principalement des nacelles ou des sièges-coques. Ce sont les plus adaptés pour les bébés de neuf mois ou moins (et plus tard aussi, selon la morphologie de l’enfant).

Certains sièges (groupes 1/2/3 par exemple) promettent une évolutivité vraiment intéressante. Plutôt que de racheter un siège par tranche d’âge, ils permettent d’adapter un même fauteuil à l’âge et au poids de l’enfant. Malheureusement, ce ne sont pas souvent les meilleurs en termes de sécurité : si certains sont tout à fait corrects, leurs résultats aux crash-tests sont en général moins bons que les sièges prévus pour une tranche d’âge spécifique.

(Plus de détails sur les groupes de sièges auto)

Les crash-tests

Tous les sièges auto mis en vente sont homologués, et donc testés via des crash tests. Mais les crash tests requis pour l’homologation ont des défauts :

  • Les dommages au niveau du cou sont peu ou ne sont pas mesurés, alors même que c’est l’une des zones fragiles des enfants en bas âge ;
  • Les collisions latérales ne sont pas testées.

Heureusement, il existe des tests complémentaires réalisés par des organismes indépendants (ADAC, TCS, mais aussi ) qui permettent de se faire une meilleure idée. De plus, ces organismes effectuent aussi des tests de teneur en substances nocives pour toutes les parties du siège en contact avec l’enfant.

Les tests réalisés par ces organismes indépendants sont pris en compte lors de l’écriture des différentes revues de siège auto présentées sur ce site.

Il existe également un test supplémentaire, le « plus test » suédois. Il s’agit du test de siège auto bébé le plus strict. Beaucoup de sièges auto ne passent malheureusement pas ce test. Dans tous les cas, seuls les très bons sièges en rear facing (dos à la route) peuvent avoir de bons résultats à ce test.

Le « plus test » a été développé par le VTI (l’institut national de recherche sur la route et les transports suédois) : n’oublions pas qu’en Suède, la mortalité infantile en voiture est extrêmement faible.

Lorsque c’est possible (quand le siège auto a été testé), les revues de sièges présentées ici tiennent compte des résultats du « plus test » suédois. Un siège admis à ce test pourrait presque être recommandé les yeux fermés ! Mais ouvrons-les quand même ;-)

Acheter son siège bébé d’occasion

Il est possible d’obtenir des prix défiant toute concurrence en achetant son siège auto d’occasion. Ceci étant, je ne saurais vous conseiller d’acheter votre siège bébé d’occasion si vous n’êtes pas absolument certain de son état, par exemple si vous le rachetez à un proche. Il existe en effet beaucoup de points plus ou moins difficiles à vérifier pour un siège bébé de seconde main :

  • le harnais, les fixations ou les sangles peuvent avoir perdu de leur efficacité à l’usage (ce qui est difficilement détectable) ;
  • le siège auto a peut-être déjà subi un accident et peut en avoir été fragilisé ;
  • il peut également être un peu obsolète et ne plus correspondre aux normes actuelles de sécurité (ce qui est déjà plus facile à vérifier).

Quand changer de siège auto ?

Plusieurs parcours sont possibles, selon le budget et les choix de chacun. En voici plusieurs exemples :

  • Coque (groupe 0+) -> Groupe 1/2 -> Groupe 3 ;
  • Coque -> Groupe 1 -> Groupe 2/3 ;
  • Coque -> Groupe 1/2/3…

Dans tous les cas, il faut rester dos à la route le plus longtemps possible. En effet, jusqu’à 15 mois, les sièges auto dos à la route offrent une meilleure protection aux bébés.

Dans cette position, l’énergie du choc est absorbée par et diffusée dans la coque du siège et les ceintures de sécurité. C’est le dos du bébé qui absorbe la plus grande partie du choc, qui est donc répartie sur une plus grande surface (en face à la route, la nuque du bébé absorbe une grande partie du choc, ce qui est très dangereux).

Ensuite, le critère à retenir pour savoir quand changer de siège bébé est la position de la tête du bébé. Si le haut de la tête dépassé le haut du dossier du siège auto, alors il est temps de changer. Le dépassement des jambes ne pose par contre pas de problème.

Il sera temps de changer de passer du siège auto bébé à un siège auto enfant lorsque ses épaules dépasseront de 2 cm la fente de réglage la plus haute des bretelles du harnais (source Bébéconfort) ou quand ses yeux se trouveront au niveau du bord supérieur de la coque (source Britax Roemer).

Pour avoir plus de détail sur les différentes possibilités de siège auto bébé selon l’âge, suivez le guide :

Derniers articles

Derniers articles